Tandis que le monde médiatique n’en a que pour l’élection législative du Doubs, la France s’enfonce inexorablement dans la misère, dont la cause est connue depuis bien longtemps de tous les Français lucides. En effet, nous savons tous que cela n’est pas la faute de l’euro (dont l’Allemagne s’accommode très bien), mais d’une crise structurelle.

Si la France va si mal, c’est parce qu’elle doit entretenir un Etat devenu omnipotent et ventripotent, qui écrase le pays par ses dépenses publiques exorbitantes et l’inflation exponentielle des charges sociales.
A cela s’ajoute une réglementation excessive, édictée par une bureaucratie déconnectée des réalités économiques. Notre code du travail a franchi les 10 000 articles, la Suisse n’en compte 54 !

La France se classe derrière le Kazakhstan, le Rwanda, la Jamaïque en matière de liberté économique.
Cette absence de liberté économique s’accompagne d’une liberté d’expression limitée par la pensée convenue et d’un grave manque de démocratie voulu pour faire durer une situation inique. La France connaît régulièrement des révoltes. Elle s’achemine inexorablement vers une révolution. Tous les acteurs politico-médiatiques le savent, mais ils ne veulent pas y croire pour ne pas gâcher leurs derniers moments de privilégiés.

La révolte actuelle la plus importante est pacifique et intelligente : c’est celle des « Libérés ».

« Si la Sécurité sociale rembourse moins bien les soins, les classes moyennes vont la quitter pour une assurance privée », affirmait la ministre de la santé, Marisol Touraine, le 10 octobre dernier sur iTélé.
Eh bien, Mme Touraine, les Français informés ne vous ont pas attendue, ils la quittent, se dénomment désormais « Les libérés », et s’expriment sur le site « mouvement-des-liberes.fr ».

Les entrepreneurs, les créateurs de richesse ont enfin une solution viable et sereine : se libérer. Un exemple concret : un jeune entrepreneur au bord de la faillite sous le poids des charges sociales se « libère ». Résultat : entreprise sauvée et au bout de 8 mois embauche d’un temps partiel. Cette solution, nos gouvernants de salon bien gominés semblent l’ignorer et préfèrent s’étriper sur l’insignifiant problème du dimanche travaillé, révélant ainsi leur totale absence de stratégie économique cohérente.

Depuis novembre 2012, le mouvement de libération est devenu massif. Des Français entreprenants ont pris leur destin en main et ne veulent plus subir la main mise étouffante du système sécurité sociale sur leur activité économique.

Ils se sont mis résolument à dérouler la pelote juridique de ce système et mis à nu la connivence entre dirigeants de la Sécu, syndicats, politique, tribunaux et réseaux maçonniques.

Qui sont ces Français qui ne veulent plus de la Sécurité sociale comme assureur unique ?

Des citoyens qui pensent qu’il est de l’intérêt de leur pays et de ses habitants d’en finir avec une idéologie collectiviste qui, après avoir ruiné la Russie et ses satellites, ruine inexorablement la France.
Des citoyens, ou plutôt un peuple étouffant sous l’emprise d’un système qui a fait main basse sur l’économie nationale et qui, pour perdurer, se nourrit de dettes et surtout du sang frais des créateurs d’activités et de richesses.

Et voici ce que nous observons :

  • une presse bâillonnée, distillant une information tronquée sous l’œil inquisiteur des directeurs de caisse et diffusant largement leur propagande mensongère.
  • des assureurs européens repoussés hors de France sous les menaces et les pressions gouvernementales.
  •  des députés radicaux de gauche qui votent un amendement brandissant des menaces de prison (en fait, il ne s’agit que d’une gesticulation politicienne, car cet amendement ne vise pas ceux qui quittent la Sécurité sociale française mais ceux qui le feraient sans s’assurer auprès d’un système européen).

Vous l’avez compris, ce système esclavagiste ne perdure qu’en enchaînant ses captifs en les cadenassant économiquement.

La Sécu est une dictature qui ne dit pas son nom !

Actuellement, le mouvement prend de plus en plus d’ampleur. Claude Reichman, président du Mouvement pour la liberté de la protection sociale (MLPS), sillonne inlassablement la France à la demande de libérés et futurs libérés et anime des réunions de 400 à 500 personnes, tandis que les demandes ne tarissent pas.

Les juges commencent enfin à réaliser l’ampleur des dégâts économiques de ce système, tandis que les dirigeants de caisse paniquent et se désistent de leurs instances contre les libérés, de peur de nouveaux jugements négatifs qui provoqueraient le tsunami final.

Il n’y a d’ailleurs pas d’autre d’alternative, comme le soulignait déjà le MLPS à sa création en 1991 :
« La Sécurité sociale est au bord de la cessation de paiements, en dépit de la hausse constante des cotisations et de la diminution des prestationsLe budget social du pays est supérieur au budget de l’Etat. Or nul ne le vote ni ne le contrôle. Ces constats ne sont pas neufs. Les partis politiques déplorent cette situation, mais aucun n’ose avancer la solution qui s’impose.
Celle-ci est pourtant simple. Elle consiste à supprimer le monopole de la Sécurité sociale. C’est à cause de ce monopole qu’il est impossible de réformer la Sécurité sociale. Mise en concurrence avec les mutuelles et les assurances privées, elle n’aura le choix qu’entre se réformer ou disparaître. »

Tout était déjà dit il y a maintenant 24 ans ! 24 ans perdus pour la France et pour les Français ! Mais comme en 1945, nous allons nous relever car nous avons enfin éradiqué la cause de notre mal.

Faraj

22 COMMENTAIRES

  1. Bonjour tout le monde, je suis fonctionnaire territorial et je suis l’aventure des libérés depuis +d’un an. De plus en plus de collègue souhaitent quitter ce système mafieux, nous avons la SLI caisse des fonctionnaires, mais c’est le même bateau. Pour le moment aucun d’entrë nous n’a pu se libérer. Pour ma part j’envisage d’adhérer au MLP pour commencer à entamer les démarches.

  2. Il reste bien quelques cotisations à payer ??? lesquelles ??? et à qui ??? CSG RDS …. ????
    Quand on quitte le RSI doit on les mensualités des 2 dernières années ?
    Merci pour votre réponse

  3. Bonjour Faraj, j’ai pour projet de me mettre à mon compte, mais comment peut on quitter la secu alors qu’elle a le monopole ?! et vers qui se tourner pour le faire ?

    Merci d’avance de vos remarques

    • Bonjour Chris Roq
      Regarde sur le site le menu « La libération ».
      Pour ma part je suis adhérent au MLPS qui me guide pas à pas.
      Cordialement

  4. et c’est exactement a cause de ce type de d’articles qu’on vous manipule pour vous faire croire que le privé est mieux que le public mais c’est une escroquerie du lobbying capitaliste qui ne cherche que le profit a tout les niveaux au detriments de ses clients.. les exemples sont partout, banques, poste, mutuel, ecole etc… ne soyez pas dupes! par contre il est vrai que y’as un grave probleme et que des vrai reformes de fond s’impose.

  5. …et c’est pas fini. Avec la grande couillonnade organisée par cette p… de Marisol la hautaine, contre les frontaliers; beaucoup iront chez Amariz. Car nous c’est retour vers le monopole avec obligation de s’affilier à la CMU(mais pas gratuite comme certains). Pourtant jusqu’à maintenant c’est bien un système de libre choix que nous avions; celui qui est conforme au décret 92/49CEE de 1992 voté par l’Assemblé dans la loi française en ….2004! Loi voté mais pas appliquée! Qui est hors la loi?
    Non au maintien du monopole illégal! Oui au libre choix du régime de sécurité social!
    Courage et bonne chance à ceux qui ont commencé la lutte contre le système. Bientôt des milliers de frontaliers suivront (malheureusement pas tous: il y a beaucoup de moutons)

  6. Bonjour Faraj
    Votre texte est superbe et donne envie de quitter la SS, Que reste t’il à payer ??? l’URSSAF ???
    Amariz s’occupe aussi de la retraite ??? Peut on garder la SS si on embauche à tps partiel (car j’ai une personne qui en aura besoin et son autre employeur sera forcément à la ss !)
    Quelles sont le démarches et est ce long pour tout mettre en œuvre.
    Pour répondre à Tof, où est la solidarité, quand nous travailleur indépendant, cotisons comme des malades et sans aucun retour derrière de la ss.
    VIVEMENT LA LIBÉRATION !!!
    Eric

  7. Bravo Faraj pour :
    « Tous les acteurs politico-médiatiques le savent, mais ils ne veulent pas y croire pour ne pas gâcher leurs derniers moments de privilégiés. »

    Une belle bande de F…D.P….

  8. Cela fait 40 ans que j’avais la boule au ventre dans mon travail d’abord de la pression de L’urSSaf puis ensuite de la rSI !

    j’ai que fait de Payé( jamais malade )(en a pas le droit )pour avoir une retraite de 500€ une vrais Honte !!! ce système encourage le travaille au noir !Heureusement qu’il y a des gens avec des tripe comme Monsieur Reichmann !
    Rendez vous paris le 9 Mars venez nombreux

    Merci

    Paul

  9. Dans votre monde les cancers et autres maladies graves n’existent pas? Vous verrez ce qu’en pense vos mutuelles privés… Reformer d’accord, supprimer le monopole est sans doute la pire des solutions.

    • Mon Cher tof, le monopole vous assure t’il que les gens atteints de pathologies lourdes seront soignés….NON!
      J’ai des exemples de patients à qui l’Assurance-maladie de notre pays dit: « votre cas est incurable, nous ne prenons pas en charge, les chimiothérapies adjuvantes… » Est ce là, un acte SOLIDAIRE lié au « monopole »? NON!
      Enfin si le système actuel est si bon, il ne le sera que plus réformé….face à une concurrence, rien n’empêche un organisme « mutualiste » et « humaniste » de mieux servir ou couvrir ses adhérents qu’une mécréante assurance privée, non??
      Bien à vous.

    • Une petite question me vient à l’esprit. Vous êtes vous renseigné concernant les contrats de ses assurances ?
      Je tiens à vous rappeler également que les caisses de sécurité sociale sont des entreprises privées donc des assurances privées. Bien à vous.

    • Bonjour mm30
      Oui toutes les informations sont sur ce site.
      Pour ma part je suis chez Amariz et exit mutuelle car Amariz rembourse 100%.
      Ma libération est suivi par le MLPS dont je suis membre.
      Les cotisations sont prises en charge par mon activité ainsi que ma déclaration d’insaisissabilité car je suis indépendant.

  10. Bonjour Faraj
    Tu as mis en mots ce qui tourne dans ma tete inlassablement depuis des semaines
    Ça fait tellement de bien de ne pas sentir seule !
    magalimm

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.