Voici quelques semaines, 17 personnes sont mortes sous les balles de fous-furieux. Suscitant une émotion que nous avons tous partagée. Immédiatement nos hommes politiques ont réagi, les médias se sont dressés et la France s’est unie pour dire à ces malades de l’intégrisme et de la gâchette que nous n’avions pas peur d’eux.

Pendant ce temps de recueil, qui a duré une semaine, 4 artisans, agriculteurs et petits chefs d’entreprise se sont suicidés.
Ruinés, saignés, écrasés, bafoués par une montagne de charges telle qu’ils n’ont pas pu la porter. Laissant une famille dans le deuil et des dizaines d’ouvriers sur le carreau.

180 artisans et petits chefs d’entreprise se donnent la mort chaque année, dont personne ne parle jamais. Un seul postier met fin à ses jours et la presse et la télévision en font des confitures et des couvertures… Mais un petit artisan au fond de la province, quelle importance, n’est-ce pas… Après tout ce n’est qu’un salaud de patron… Il n’avait qu’à mieux calculer…

red-urssafIls voulaient seulement faire vivre leur famille, voir leur entreprise prospérer. En Suisse, en Hollande, en Angleterre, au Portugal, ils auraient effectivement prospéré. En France c’est interdit. L’Urssaf et toutes les caisses d’assurance monopolistiques se chargent de vous le rappeler chaque fin de mois, en vous escroquant 54% de ce que vous avez gagné, afin de vous garantir une  » protection sociale  » que vous n’avez jamais demandée et qui vous protège tellement de tout qu’elle vous en fait crever

Il faut aussi se souvenir que ce  » modèle social « , élaboré en 1945, au sortir de la guerre, censé assurer à tous les citoyens une sécurité et un revenu même en cas d’accident de la vie (c’est inscrit dans le marbre de la Constitution…), en est arrivé 70 ans plus tard à les ruiner et les jeter à la rue quand il ne peuvent plus payer leurs  » cotisations sociales « . Ah, j’oubliais, une fois sur le trottoir, le petit artisan pourra mendier le RSA…

Dans ce combat plombé, certains tiennent le coup, difficilement, et sont toujours à la limite de la survie, d’autres quittent le pays, les plus jeunes n’y rentrent même pas après leurs études. Mais 180 pauvres bougres, un tous les deux jours, n’y arrivent pas. Un massacre à la Charlie Hebdo chaque mois, et personne ne lève le poing pour dire « ça suffit »

pole-emploiLes assassins de ces gens courageux, qui ont déjà fait leurs 35 heures dès le mercredi, nous les connaissons tous. Ils fleurissent sur les panneaux à l’entrée de nos villes, au premier rond-point. Levez la tête et vous les verrez : CAF, CPAM, URSSAF, RSI, MSA, Pôle emploi, etc… Afin d’indiquer au bon peuple l’endroit où il peut aller quérir ses  » droits  » et ses allocations diverses pour boucler le mois sans trop travailler. Aux yeux de ceux qui portent le pays à bout de bras, il ne manque que le panneau STASI… Ces sigles abscons désignent un ensemble de caisses « sociales » qui n’ont de social que le nom, dont la critique est quasi-interdite, au pouvoir discrétionnaire et illimité, et qui vous mènent à la ruine si vous avez le malheur de ne pouvoir verser leur obole obligatoire et solidaire…

La suite, nous l’avons tous connue dans notre entourage : il n’y a pas de Restaurant du Coeur pour un petit artisan parvenu au bout de sa fatigue.

Hors ceux qui ont préféré le suicide, il y a les centaines de milliers d’autres, agriculteurs, artisans, commerçants, professionnels libéraux, qui ont un jour jeté l’éponge, fermé leur entreprise, laissé les employés au bord du chemin, perdu toutes leurs économies, et aussi perdu dans le même naufrage toutes leurs illusions. Il ne faut pas oublier, dans cette sinistre statistique, les enfants, les amis, les voisins de ceux qui ont cessé le combat, qui ont vu la fatigue, l’angoisse, la désespérance, et qui de ce fait jamais, jamais ne créeront une entreprise.

Derrière ce découragement des entrepreneurs, c’est un champ de ruines que nous pouvons contempler en ce début 2015 : 6 millions de chômeurs, 8 millions de pauvres, 3 millions de personnes assistées. La conséquence de la disparition des centaines de milliers de petits artisans, voici quelques années, ce sont les chômeurs d’aujourd’hui. Et la promesse de ceux qui nous quittent aujourd’hui, désespérés, ce sont les chômeurs de demain, nos enfants et petit-enfants qui nous regarderont dans les yeux dans quelques années et nous demanderont : « Qu’avez-vous fait du pays ? ».

chomage

 

Toutefois dormez bien, bonnes gens qui haussez les épaules à la lecture de ces lignes. Il paraît que la France possède le meilleur modèle social, que le monde entier nous envie… Alors relisez, vous qui avez traversé en diagonale le paragraphe précédent : 6 millions de chômeurs, 8 millions de pauvres, 3 millions de personnes assistées.

Mais ne craignez rien, on va l’améliorer encore ce modèle… Il suffit de détruire le libéralisme, de mener une vraie politique sociale (…), de travailler moins, de pressurer les riches, de faire payer les entreprises, puisqu’on vous le dit…

Jacques C.

2 COMMENTAIRES

  1. ça m’amuse toujours énormément -en réalité, je trouve cela plutôt attristant quant au degré de conscience de mes concitoyens- quand j’entends dire « je ne fais pas de politique » ou « qu’il ne faut pas politiser un sujet de société » qui par définition est hautement politique! Revoyez la définition exacte de la politique et méditez un peu sur le sens profond de la chose politique et de ses implications dans notre vie de tous les jours. Vous vous apercevrez rapidement que justement « TOUT est politique »!
    Je pense qu’en fait cette façon de voir les choses découle essentiellement de l’image pitoyable de la politique politicienne que nous offrent les innombrables guignols qui en ont fait profession. C’est bien triste car du coup tout le monde en oublie la noblesse de l’action politique et qu’il puisse y avoir des gens désintéressés et courageux qui sont prêts à œuvrer pour que l’ensemble de leurs compatriotes puissent vivre dans une cité-au sens grec du terme-harmonieuse, libre et prospère.

    Spartsecus

  2. bonjour,

    Fervent défenseur de l’entrepreneuriat et entrepreneur moi même depuis toujours, je partage entièrement votre combat contre ce régime stalinien que représente le RSI et la Sécu. Votre combat j’en ai aussi fait le mien à ma manière notamment par mon cadre professionnel.

    Mais ce billet d’humeur me laisse un goût surprenant car beaucoup trop politisé et surtout basé sur une rengaine bien plus vieille que la sécu, la culpabilisation des uns contre les autres… « nous les entrepreneurs, qui finissons par nous suicider au et pour notre travail, contre vous les assistés du système etc… »

    Notre combat a une raison d’être : nous libérer d’un système totalitaire et dictatorial. La culpabilisation à mon sens, ne l’est pas ; c’est d’ailleurs parce qu’il y en a pas besoin que nous ne serons pas repris politiquement, et nous laisser une grande marge de réussite.

    Votre action est d’autant plus pertinente qu’elle n’est pas politique, et qu’elle n’en a surtout pas besoin.

    Un fidèle lecteur et bientôt libéré.

Laisser un commentaire