Les histoires de zombies ne sont pas que des fictions télévisuelles.

Un exemple réel, pour ne pas dire vivant, nous est donné avec les caisses de l’ensemble des régimes de Sécurité sociale : CPAM, RSI, MSA, URSSAF, CNAF, etc.

Dans son rapport d’information n° 304 (2006-2007) déposé le 9 mai 2007 au nom de la Commission des affaires sociales, M. Jean-Marc JUILHARD, sénateur à l’époque des faits, déclare (en page 44 du PDF) :

« Jusqu’à l’ordonnance du 18 juillet 2005, relative à diverses mesures de simplification en matière de sécurité sociale, les caisses de sécurités sociales de tous les régimes étaient juridiquement des mutuelles. »

A défaut de préciser la nature de ce que sont devenus ces organismes, il est donc officiel que TOUTES les caisses de TOUS les régimes de sécurité sociale étaient bien des mutuelles jusqu’en juillet 2005.

D’autre part nous savons que selon l’ordonnance n° 2001-350 du 19 avril 2001 relative au code de la mutualité et transposant les directives 92/49/ CEE et 92/96/ CEE du Conseil des 18 juin et 10 novembre 1992  :

  • Article 4: « Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la date de publication de la présente ordonnance doivent se conformer au plus tard le 31 décembre 2002 aux dispositions du code de la mutualité annexé à ladite ordonnance » ;
  • Article 5: I. – « Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la publication de la présente ordonnance qui n’auront pas accompli les démarches nécessaires à leur inscription au registre prévu à l’article L. 411-1 du code de la mutualité dans le délai prévu à l’article 4 sont dissoutes et doivent cesser toutes les opérations qui ne sont pas nécessaires à la liquidation. »

Par conséquent, toutes les caisses de Sécurité sociale, qui étaient donc bien toutes des mutuelles comme nous le dit notre cher sénateur, avaient bien l’obligation de s’inscrire au registre de la mutualité au plus tard le 31 décembre 2002, faute de quoi elles étaient de fait dissoutes.

Comme ces caisses nient être ou avoir été enregistrées sur ce registre, l’ordonnance de 2005 a donc transformé des caisses mortes depuis le 1er janvier 2003 en caisses zombies, pudiquement appelées « organismes privés à but non lucratif, investit d’une mission de service public et relevant du code de la sécurité sociale« , sans que personne n’en donne la nature juridique, et organisant ainsi officiellement le Walking dead de la Sécurité sociale.

Notre premier Ministre, en déclarant le 31 mars 2015 qu’il envisageait de supprimer le RSI, ne propose que de tuer un zombie déjà mort. Mais attention, il mord encore ! (le zombie, pas le 1er Ministre).

7 COMMENTAIRES

  1. Des rumeurs font état d’une possible fusion du RSI avec la MSA (se serait plutôt une absorption).
    Ca nous promet encore une belle pagaille juridique !

  2. Liquidation judiciaire prudentielle pendant le procès de tous les responsables politiques ayant participé à la manipulation des lois pour garder les Français prisonniers en les empêchant de choisir librement leur régime de protection sociale!
    Nous avons tous ces éléments depuis longtemps!
    il ne manquait plus que la preuve que ce sénateur a donné!
    Il a donné la preuve des violations des lois de 2001 instituant la concurrence européenne dans l’assurance maladie et retraite!
    Et dès aujourd’hui, chaque travailleur étant soumis au rsi jusque là peut de suite arrêter de payer cette mafia en s’assurant où il veut en europe pour la maladie-maternité-hospitalisation au 1er euro en attendant de porter plainte pour extorsion de fonds en bande organisée par personnesdépositaires de l’autorité publique et de réclamer minimum trois ans d’arriérés de prélèvements!

    • Liquidation judiciaire, sauf erreur de ma part, concerne que les entreprises légalement enregistres or, le RSI n’est pas une donc … pour le reste je pense pas que quelqu’un sera inquiété pour ce « petit erreur » qui a tout de même apporte pas mal des pognons a l’État toujours assoiffe ….

  3. D’accord, et après ? Le RSI n’est ni mutuelle ni organisme à but no lucratif ( loin de là ) alors qu’est ce que RSI ? Le zombie ? Ok, c’est un zombie mais alors je ne trouve pas la description d’un zombie comme une forme d’activité, donc …… c’est une pompe a frique qui sert un peu ( beaucoup ) l’État et un peu M. Gerard Quevillon, zombie-maître, avec ces troupes, zombies-employes, eux aussi. Seulement M. Gerard Quevillon et ses troupes ne sont pas des zombies et c’est là ou est le problème …..Étrangement l’État est en parfait silence comme si de rien n’était et pourtant plusieurs millions sont concernés ! Supposons que l’arrêt de la CA de Limoges va être exécuté comme il doit être alors la big question is : qui va assurer les fonctions jusqu’à là exercés par RSI ?! J’aimerais bien savoir et dans l’urgence !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.