Réalisé par un média et non publiée pour des raisons que nous ignorons

« La vie d’un entrepreneur est souvent bien plus dure que celle d’un salarié. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties» qu’en pensez-vous? 

Oui l’entrepreneur perd tout à la moindre défaillance.

C’est une réalité économique bien française.

Il perd tout car le système Sécu lui prend tout a oublié de préciser Macron.

Comment voulez vous qu’un entrepreneur passe sans encombre les trous d’air économiques avec un tel boulet sécu.

Nous « les Libérés » depuis 2012 et le Mlps depuis 20 ans dénonçons avec force le comportement assassin de ce système d’insécurité sociale.

Ce sont les directeurs de caisse qui avec la complicité active des juges et l’indifférence des députés et sénateurs qui envoient les entrepreneurs une bout d’une corde.

Macron décrit une situation des entrepreneurs qui est devenue intenable, problème est bien connu du milieu politique et de tous les béni-oui-oui de la sécu qui s’affairent à détourner les Français de la réalité de la liberté de la protection sociale.

Il décrit une réalité économique française structurelle bâtie sur un mensonge, qui est la mainmise totale de ce système sécu illégal sur l’économie française et bien entendu sur les biens personnels de l’entrepreneur

Heureusement que les entrepreneurs avertis (plus de 200 000) , contournent ce problème économique structurel en quittant la sécu ( https://www.facebook.com/CommentQuitterLaSecuriteSociale/?fref=ts  plus de 800 000 visiteurs), sauvant leur entreprise et leurs biens !!

il est discrédité comme tous les politique, comme tous les gamelards, comme les je-te-donne-une-prime-vote-pour-moi, qui ignorent sciemment la destruction physique d’une partie de la masse laborieuse pour préserver leur train de vie royal.

Macron a le devoir de cesser de faire le grand gesticuleux-petit-faiseux et maintenant qu’il a pris conscience de cette situation désastreuse, a le devoir d’annoncer la liberté de la protection sociale aux entrepreneurs et ainsi sauver 3 vies par jour.

Question  : Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire à François Hollande ? Espérez-vous une réponse?

Faraj Chemsi : J’ai écrit à Hollande au nom des « Libérés » et aussi au nom du MLPS, le mouvement que préside Claude Reichman et dont je fais partie depuis 1993. L’humanité a vécu des génocides ethniques, religieux, et la France vit depuis quelques années un véritable génocide social dans l’indifférence et la connivence de nos élus. Hollande est le premier d’entre eux actuellement, car président de la République, c’est pour cela que je m’adresse à lui. Il s’est précipité au Bataclan le soir même de l’attentat, mercredi Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale, s’est précipitée au lycée Saint-Exupéry suite à l’avalanche meurtrière, mais quand tous les jours 2 à 3 créateurs de richesse se donnent la mort, aucune compassion, aucune stèle, aucune commémoration ! Si Hollande ne répond pas, cela signifiera qu’il est en parfait accord avec ce système qui a détruit l’économie française. Son devoir est de se précipiter vers les victimes de la Sécu, comme il sait si bien le faire, et d’avouer enfin que les caisses de Sécu trompent les Français en dissimulant leur qualité de mutuelles, qu’elles sont en concurrence, et que chacun est libre de choisir sa protection sociale.

Question  :Comment expliquez-vous que notre système de sécurité sociale ne nuit plus qu’il ne  protège ?

Il nuit plus car ne protège presque plus et les dirigeants de ce système en véritables cow-boys,  trainent les entrepreneurs devant les tribunaux complices pour liquider rapidement leur affaire en mettant femme enfants dans la rue sans honte ni vergogne…

Les cotisations sont devenues progressivement (Sécu en déficit à partir de 1950) exorbitantes, parallèlement les prestations sont devenues minables et il faut une complémentaire voir actuellement une sur-complémentaire pour être bien couvert.

Les cotisations sociales vont représenter jusqu’a 43% du bénéfice, comment voulez-vous qu‘une entreprise puisse progresser rapidement et gagner des parts de marché.

Les entreprises françaises ont ainsi un taux de rendement le plus bas du monde. Ajouté à cela, cette Sécu va jusqu’a exiger illégalement des cotisations avant que la PME est encaisse le moindre euro de chiffre d’affaire : nuisance extrême, entreprise tuée dans l’oeuf…

Les assurances sociales privées au premier euro ont l’énorme avantage d’êtres FIXES quelques soit le bénéfice et ainsi donne la visibilité économique indispensable pour investir et embaucher.

Par exemple, en Espagne l’assurance maladie coute à l’entrepreneur 250 euros par mois, cotisation raisonnable et non indexées sur le bénéfice, la visibilité économique et compétitivité et avec le principe européen fondamental de la -libre circulation des biens est des personnes-  nous observons une destruction systématique détruit des emplois et des entreprises des régions limitrophes.

Un autre chiffre impressionnant, la france se classe en tête par l’ampleur de ses dépenses sociales (31,88 % du PIB en 2014 et 2/3 des dépenses publiques) devant la Finlande ou le Danemark.

la nuisance de ce système a dépassé les limites du tolérable quand il pousse M. Roux de Bézieux à déclarer : « un patron de PME se suicide tous les deux jours » (janvier 2015)

Encore une exception française la Sécu au lieu de protéger ses ouailles, détruit progressivement  les 3 millions d’entreprises qui « nourrissent » 66 millions d’habitants et qui emploient 16 millions de salariés….

Questions : La solidarité nationale n’est-elle pas dévoyée par l’utilisation abusive de l’aide médicale d’Etat?

Il convient tout d’abord de lever la confusion, volontairement entretenue par les partisans du monopole, entre la politique sociale dan les Etats restent maîtres, et les organismes chargés de la mettre en oeuvre dans le respect des lois françaises et européennes permettant la libre circulation des biens et des personnes. On confond aussi volontairement l’AME financée par l’impôt et donc est du ressort de la solidarité nationale et l’assurance maladie de la sécurité sociale, mutuelle financée par les cotisations dites « sociales ». Cette sécu est composées d’organismes privés qui ont a leur têtes des directeur de caisse qui utilisent ce concept de « solidarité à la francaise » pour assécher  l’économie française et envoyer à la morts les entrepreneurs. Nous sommes au stade de la « solidarité mortelle » entretenue par l’inconscience économique et la violence aveugle de ces directeurs de caisses, violence validée il faut le souligner ici, par des juges aux ordres de ce système.

Questions  :Alors que notre système social est systématiquement mis en avant par nos politiques, vous en faites le responsable de la misère sociale, quelles mesures préconisez-vous pour réformer notre système? 

II est bon de noter que ce système est imposé par ceux qui en profitent et par des politiques qui ne le subissent pas, profitant par exemple d’un régime par capitalisation pour leur retraite. La capitalisation, qui repose sur l’extraordinaire efficacité des intérêts composés, est la meilleure garantie d’un système de retraite, comme José Pinera l’a montré au Chili, où sa réforme a non seulement offert des pensions substantielles aux salariés, mais a en outre permis la prospérité économique du pays. En France, nos systèmes de retraite par répartition sont tous en faillite et auront conduit les retraités à  la misère.

Il faut rendre aux Français la liberté. L’ordonnance de 1945, pourtant inspirée par le parti communiste, a fait de toutes les caisses de sécurité sociale des mutuelles. Ce qui signifie qu’on est libre de ne pas y adhérer. Cette ordonnance est toujours en vigueur et elle figure même en exergue du site officiel de la Sécurité sociale. Il faut vraiment être Français pour accepter que l’Etat viole ses propres lois !  La concurrence, partout, permet de faire baisser les prix. La protection sociale française monopolistique est ruineuse. La concurrence permettra d’en faire baisser le coût d’au moins 30 %. Et cet argent économisé ira dans la poche des Français. Qui en ont le plus grand besoin.

Question :La pression fiscale sur les classes moyennes n’a jamais été aussi élevée, les mouvements anti-taxe (les Pigeons, les Bonnets rouges etc.) n’ont jamais été aussi présents, les Français ne sont-ils pas prêts à changer de modèle ? 

Ils y sont prêts. Ils savent très bien qu’on ne peut pas éternellement dépenser plus qu’on ne gagne, maltraiter les créateurs de richesse, s’exonérer de la concurrence européenne et mondiale, qui est la règle et le restera, quels que soient les errements de la France. Nous sommes à la veille d’un choc de vérité. Sans doute la France en a-t-elle besoin pour entrer dans le XXIe siècle. Ceux qui se libèrent de la Sécurité sociale et sauvent ainsi leur entreprise et leurs salariés sont l’avant-garde de la population. Demain, on leur rendra hommage, parce qu’ils auront été des visionnaires.

Question  : Si l’Assurance maladie était ouverte à la concurrence avec d’autres assureurs, pensez-vous que les Français iraient se désaffilier de ce système de sécurité sociale étatique?

Ils se désaffilient déjà, et depuis 2012 le mouvement c’est amplifié et mettent les tenants de cette geôle Sécu devant le fait accompli an se prénommant « Les Libérés ». http://mouvement-des-liberes.fr et  sont actuellement plus de 200 000.

Les pages Facebook comme « « Comment quitter la sécurité sociale »  https://www.facebook.com/CommentQuitterLaSecuriteSociale/  voient actuellement plus de 800 000 vues uniques par semaine.

il est bon de rappeler ici que l’assurance maladie, la Sécu est ouverte à la concurrence depuis sa création et depuis 1992 soumise à la concurrence européenne. Les Allemands ont par exemple appliquer les directives en 94 et actuellement leur système principal présente des excédents budgétaires  et non les déficits abyssaux de la sécu françaises.

A cette sécu, organisme privé de faire les réformes nécessaires pour garder ses clients.

Ceux qui ne veulent plus succomber sous ce fardeau social on intérêt à la quitter et ainsi vivre dignement de leur travail. La liberté de la protection sociale sauve des entreprises, des emplois, augmente le pouvoir d’achat, donne de la compétitivité, dégage de la trésorerie, assure une excellente visibilité économique.

Pour arrêter l’hémorragie, à la Sécu de revenir à ses fondamentaux c’est à dire de retrouver rapidement ses caractéristiques assurantielles.

Question : Ne croyez-vous pas qu’il est déplacé de mettre sur le même plan les victimes des attentats terroristes et les professions sinistrées par la crise ?

Les uns et les autres sont des victimes de l’impéritie de l’Etat, qui ne les a pas protégés dans le cas des attentats, et qui les assassine quand ils sont artisans, commerçants, chefs d’entreprise. Les Français vivent en ce moment un drame national. Depuis plus d’un demi-siècle, l’Etat n’a cessé d’augmenter ses prérogatives, au détriment des citoyens qui produisent les richesses dont tout le monde vit. L’Etat n’a pas d’autre but que de grossir. Dût la France en périr. C’est ce que nous vivons en ce moment.

Question  : Que reprochez-vous à François Hollande, si ce n’est son manque de courage ?

Le manque de courage est un reproche largement suffisant. Sans courage, on ne peut pas gouverner. Nous savons toutes et tous que ces politiciens de carrière ne pensent qu’a se faire réélire, et c’est pour cela que cette classe politique est complètement discréditée. Hollande a l’obligation de faire son travail, de servir l’intérêt général de la nation, de porter assistance à peuple en danger, et notamment de dire la vérité sur la fin du monopole de la Sécurité sociale, qui va permettre à notre pays de retrouver la croissance économique. S’il ne répond pas, nous aurons prouvé qu’il est grand temps pour les Français d’élire à la tête du pays un homme qui les représente vraiment.

Devant tant de vies sacrifiées dans un silence syndicalo-politique, il est clair que si François Hollande ne répond pas sous peu, nous avons le devoir de le traduire devant une instance internationale pour « non-assistance à peuple en danger ».

Articles similaires

2 COMMENTAIRES

  1. « Connaissez-vous des politiciens qui reconnaissent leurs erreurs ? Moi, j’en connais aucun. »

    Ah bon? Mais si, à chaque élection ceux qui viennent d’être élus nous font l’inventaire des erreurs de ceux à qui ils ont piqué la place…et ça fait 50 ans qu’ils nous servent le même refrain!

  2. Hollande ne répondra pas. Il vit comme tous ses amis politiciens et syndicalistes (y compris le MEDEF) de ce système. S’il le dénonce, il avouera que depuis 70 ans, ceux d’en haut sont des menteurs. Connaissez-vous des politiciens qui reconnaissent leurs erreurs ? Moi, j’en connais aucun.

Laisser un commentaire